Mercredi 25 novembre 2020

La persécution contre les chrétiens existe aussi actuellement dans le monde. Dans certains pays, les chrétiens sont poursuivis et tués à cause de leur foi. Dans d’autres, ils sont à peine tolérés. Dans d’autres encore, une compréhension idéologique et malsaine de la laïcité veut les contraindre à se cantonner dans la sphère privée.

Demandons au Père de nous envoyer son Esprit Saint afin que, contre vents et marées, nous continuions à témoigner de notre foi avec courage et persévérance (Lc 21, 12-19).

Dimanche 22 novembre : fête du Christ, Roi de l’univers

Les justes diront au roi : « Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu…? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ?

tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… » Et lui leur dira: « chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »

Seigneur, apprends-nous à te voir à travers les visages souffrants de nos frères et sœurs et à imiter ton amour envers les faibles et les pauvres (Mt 25, 31-46).

Samedi 21 novembre 2020

La résurrection des morts et la vie éternelle ne sont pas des questions sur lesquelles chacun peut avoir son opinion, mais bien une réalité réelle et fondamentale de notre foi au Dieu créateur et la compréhension exacte de l’avenir que Dieu réserve à tous les hommes. 

Même si la mort met fin à la vie de l’homme sur terre, Dieu, qui est le Dieu de la Vie, a créé l’homme pour une existence impérissable. Aussi, la jouissance éternelle après la résurrection n’est pas à calquer sur le langage et les réalités de ce mondé-ci. 

Supplions le Seigneur d’ouvrir notre intelligence, notre cœur et notre existence à l’espérance et à la joie de la résurrection (Lc 20, 27-40).

Fête du Christ Roi de l’univers (Mt 25, 31-46) – Dimanche 22 novembre 2020

Nos bonnes actions nous rapprochent de Dieu et de la vie éternelle

Etre proche ou loin de Dieu dépend de notre décision et de l’orientation que nous donnons à notre vie dès aujourd’hui. Deux affirmations de l’Evangile de ce dimanche devraient attirer notre attention et orienter notre méditation : a) « venez les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde » ; b) « allez-vous en loin de moi, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges ».

En nous y arrêtant, nous découvrons qu’elles font ressortir avec beaucoup de clarté l’enseignement que la liturgie de la parole nous propose : a) nous voyons que le Seigneur Jésus, Roi de l’univers, ne juge personne et ne condamne personne ; il ne fait que constater ce que les uns et les autres, nous avons été et nous rappelle ce que nous avons vécu ! b) nous pouvons constater que, en nous parlant de la fin du monde, le Seigneur nous renvoie à la vie que nous menons aujourd’hui : nous sommes et nous serons bénis de Dieu si nous faisons le bien et donc si nous nous rapprochons de Dieu ; nous sommes et nous serons maudits si nous commettons le mal et donc si nous nous éloignons de Dieu ; c) Nous comprenons que Dieu ne tire que la conclusion de ce que chacun de nous aura vécu. Continuer la lecture

Vendredi 20 novembre 2020

Jésus rappelle la destination première du Temple de Jérusalem. Ça doit être le lieu et l’espace de la Présence de Dieu et du dialogue de l’homme avec Dieu. Or, les hommes le pervertissent en y faisant toutes sortes de trafics et de pratiques inadaptées.

Demandons l’aide de l’Esprit Saint pour que nous honorions notre corps comme le Temple de l’Esprit Saint et l’Eglise comme le Corps du Christ. (Lc 19, 45-48).

Jeudi 19 novembre 2020

Chaque jour, Dieu nous visite et nous donne des signes afin que nous reconnaissions sa Présence aimante au milieu de nous. C’est dommage si nous sommes chaque fois distraits et dispersés ! Seigneur, apprends-nous à aller à l’essentiel pour recevoir de toi la vraie paix intérieure qui nous ouvre le chemin du salut (Lc 19, 41-44).

Mardi 17 novembre 2020

Avant même que nous nous mettions à le chercher, sachons que Jésus, « le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

Demandons à Dieu la grâce de garder en nous, comme Zachée, le désir ardent de le chercher et la force de nous débarrasser de tous les obstacles qui entravent notre croissance spirituelle. (Lc 19, 1-10)