Pour une lecture des Actes des Apôtres

Séminaire d’introduction à la vie dans l’Esprit. Quel enseignement les Actes des Apôtres nous donnent-ils à ce sujet ? Ensemble, mettons-nous à l’école. Et laissons-nous remplir du Saint-Esprit pour qu’Il nous mette en marche.
6 jeudis et 1 mercredi en visioconférence.
Pour les inscrits, possibilité de revoir en différé le premier jeudi (et les autres) qui était le 8/4.
S’inscrire est nécessaire pour recevoir par mail le lien pour se connecter et participer à la visioconférence.
(invitation transmise par Karen Plas) 

2e dimanche de Pâques B – 11 avril 2021

Aujourd’hui la liturgie nous présente une figure bien attachante, celle de Thomas. Un personnage si vrai, si spontané, que le langage populaire s’en est emparé. Pour désigner quelqu’un qui manifeste grande prudence et ne peut avancer qu’un pied après l’autre,  on dira volontiers de lui: c’est vrai saint Thomas.

Quelques jours après sa mort,  Jésus est apparu une première fois à ses disciples. Ils l’on accueilli avec crainte et tremblement. Jésus éprouve le besoin de leur dire : »la paix soit avec vous !  » Puis leur joie éclate lorsqu’ils réalisent que les annonces que Jésus avait faites de sa résurrection se sont vérifiées exactement. L’un d’entre eux n’était pas avec eux à ce moment-là. Thomas, précisément. Lorsque Thomas les rejoint, Jésus n’était plus là. Mais tous lui disent qu’ils l’ont revu vivant. Thomas hésite. Puis, au lieu de se joindre à la joie de tous, il déclare que tant qu’il ne l’aura pas vu de ses yeux, il ne pourra croire.

Cette épisode est très fort puisqu’il introduit une note négative dans un contexte qui pourrait paraître euphorique et merveilleux. Un accent réaliste, pessimiste, dans un ensemble fait de joie. L’exaltation collective est ainsi exorcisée et ce n’est pas  le moindre intérêt de ce point du récit. Il en est pourtant un autre.

Thomas nous dit que l’acte de foi n’est aussi facile. Comme cela est consolant pour nous tous ! Peut-être, à force d’habitude et de routine, le mot résurrection ne nous dit plus l’aberation de cette affirmation : » le seigneur est ressuscité. »

Il fut même un temps, dans l’histoire de l’église, où ceux qui ne croyaient pas passaient pour des gens de mauvaise volonté, des marginaux. Parfois même on tentait de les éliminer tant ils paraissaient être des sous-hommes.

Et pourtant, l’aberration, c’est la foi. Le naturel, c’est l’incrédulité. Ils le comprirent bien, les chrétiens des premières générations qui eurent à  affronter la persécution sans cesse renaissante au cours des quatre premiers siècles.

Mais lorsque vint le succès de la mission et l’Eglise devint une forme de civilisation et la religion d’Etat, les rôles s’inverserent. Dans une affirmation faussement évidente, on en vint à  penser qu’il était simple de croire.

Aujourd’hui, et c’est heureux, cette fausse évidence est levée. Non seulement nos sociétés s’installent dans l’incroyance, mais encore, ce sont les croyants qui passent pour être des fous. Dans nos cultures, il devient de plus en plus incroyable de croire. Et pourtant il reste des croyants  on peut même dire beaucoup de croyants . Pour eux cependant, comme pour tous les vrais croyants de toujours, la foi n’est pas une évidence. Si elle devient une certitude, c’est bien la certitude d’un don reçu,d’une lumière venue d’en haut, d’une grâce. D’où leur respect pour l’homme incroyant. De là vient aussi leur imploration afin que le don qu’ils ont reçu soit donné à tous. Cette imploration n’est pas seulement une prière. Elle devient communication, évangélisation. Comment, en effet, lorsqu’on a reçu soi-même une immense gratification  oui,comment ne pas faire part  à  tous ceux que nous rencontrons, la Bonne Nouvelle que nous avons reçue ?

Jésus dit à Thomas : »Bienheureux ceux qui croiront sans avoir vu. »

Il est important de souligner cette parole de jésus. Elle nous indique en effet que le souci de Jésus, le souci des disciples qui ont écrit les Évangiles, était bien de faire comprendre à  tous ceux qui n’avaient pas rencontré le Seigneur lors de sa venue sur terre que la situation n’était pas plus difficile que celle des apôtres, premiers témoins. Disant cela, Jésus pense à nous qui au 21ème siècle après les apôtres, avons reçu la même illumination qu’eux. Si nous accordons importance à ce que voient nos yeux, alors, c’est vrai, les apôtres sont mieux lotis que nous puisque ils ont vu Jésus. Mais si nous croyons que la foi, même  pour les apôtres est un don de Dieu, alors nous sommes logés à la même enseigne. Notre action de grâce rejoint celle des fondateurs de l’église. Notre énergie peut être la même et nous pouvons devenir, à notre tour, des fondateurs d’églises en nôtre 21ème siècle. L’Eglise de tous les temps se trouve ainsi rassemblée dans l’unique don de Dieu, dans l’unique joie de Dieu. Nos lenteurs à croire  comme ce fut le cas de Thomas, se trouvent elles-mêmes converties en grande compréhension pour tous ceux à qui, mystérieusement, le même don n’a pas encore été fait. Amen !

Abbé Jeannot-Basile

Notre diocèse a un nouveau logo

Comment décrypter ce logo… La Croix est centrale: axe et carrefour de notre grand diocèse.
Au pied de la croix, comme socle/base, lieu d’enracinement: Le ‘N’ (de la Province de Namur) avec son confluent et le ‘L’ (de la province de Luxembourg) et le sapin de ses vastes forêts.
Le cercle ouvert qui entoure la croix rappelle l’unité autour du Christ (et l’auréole de notre vocation à la sainteté). Une unité en chantier, une unité ouverte, évangélisatrice aux quatre coins de notre diocèse et au-delà ce que symbolisent les flèches extérieures. Une unité dans la diversité comme en témoignent ses différentes couleurs intemporelles. Les flèches formées par les  »angles de la croix » dirigées vers l’intérieur évoquent, quant à elles, la dimension d’accueil.

LA VIE A TOUT VA. PÂQUES 2021

Dans le cadre de « Donnons tout son sens à la Vie » Philippe Vauchel propose le texte ci-dessous :  

« C’est bon que vous soyez là.

Maintenant nous allons pouvoir nous taire ensemble. »

C’est le compositeur Schumann qui disait cela à ceux venus l’écouter.

Alors, à vous toutes et vous tous présents aujourd’hui, oui, vraiment,

c’est bon que vous soyez là !

Que nous soyons là !

Protégés par la distance de rigueur, par nos désormais habituels « gestes barrières »…
Et si, ensemble,…nous osions ?

Si nous en profitions pour escalader hardiment la barrière de nos gestes ?

De nos gestes connus, de nos habitudes, de nos certitudes ?

Alors…Approchez !

Ecoutez !

Vous entendez ?

Comme elle bat, comme elle bat et bat encore…la Vie !

Ecoutez donc comme elle pulse !

Dans les têtes, dans les cœurs, dans les corps…

Regardez là dans les regards…Elle est là, non ?

D’accord, aujourd’hui elle se cache un peu parfois, il arrive qu’elle se détourne un moment…mais c’est sans doute de la pudeur…

Sentez !

Sentez donc comme elle vibre ! Continuer la lecture

Dimanche de la Résurrection B – 4 avril 2021

Croire au Christ ressuscité et témoigner de l’espérance qui nous habite              Jn, 20  1-9

Le Christ Jésus est ressuscité d’entre les morts  et la mort n’a plus aucun pouvoir sur lui. Il est vivant pour toujours. Ainsi, si nous croyons en lui, nous aussi nous ressusciterons, nous serons toujours vivants et lui nous donnera la vie en plénitude.

La résurrection du Christ fonde ainsi la foi des Apôtres et la nôtre, comme disait saint Paul : « Si le Christ n’est pas ressuscité, alors notre foi est vaine ». Et en fondant ainsi notre foi, la résurrection du Christ soutient notre espérance à travers notre marche sur la terre. C’est pourquoi nous voulons partager aux autres notre espérance.

  1. Voir le tombeau vide et croire en la résurrection

Saint Jean nous rapporte que lorsque le disciple que Jésus aimait entra dans le tombeau : « Il vit et cru »

La foi de ce disciple qui est un peu éloignée de la remarque de l’Apôtre Thomas qui disait aux autres disciples : « Tant que je ne vois pas ses mains avec la marque des clous et que je ne mets pas la main dans son côté, je ne crois pas (Jn 20,25-26).

Voir et croire et un réel problème dans lequel se situaient les disciples du Christ, et nous aussi parfois. Pour l’Apôtre Thomas « voir » signifiait pour lui avoir la preuve matérielle de la résurrection de Jésus de Nazareth. Voir Jésus en train de ressusciter, aurait été pour Thomas la preuve irréfutable. Continuer la lecture

Chemin de Croix

Trois possibilités (parmi d’autres) pour vivre le chemin de croix à domicile

  • le chemin de croix de la paroisse St Guibert (voir le texte ci-dessous)
  • un chemin de croix proposé par l’Unité Pastorale d’Arlon via la page Facebook Activités Boguifra à 15h
  • le chemin de croix présidé par le Pape François sur KTO à 21h

Chemin de croix – vendredi saint 2 avril 2021 – Communauté St Guibert

Introduction

Le chemin de croix du Christ est avant tout un chemin d’amour et de miséricorde. Dieu se révèle en son Fils comme celui qui est capable de tout pour aller chercher ce qui est perdu, pour guérir ce qui est malade, pour relever ce qui tombe, pour fortifier ce qui est faible, pour donner l’espérance à ce qui doute, pour donner la lumière à ce qui est ténébreux, pour donner Dieu à ce qui manque de Dieu. Mettons-nous à la suite du Christ, notre rédempteur.

Prière d’ouverture

Seigneur, que la célébration de ce chemin de miséricorde et de tendresse avec ton Fils nous transforme complètement afin d’être pour nos frères et sœurs porteurs de la compassion de Dieu. Amen.

1ère station : Jésus est condamné à mort Continuer la lecture

Donnons tout son sens à la Vie

À l’entame de la semaine sainte, notre évêque nous appelait

  • À cultiver l’espérance en mettant au cœur de nos préoccupations le bien de l’être humain considéré dans toutes ses dimensions.
  • À cultiver l’espérance en refusant les enfermements de la peur et des discours anxiogènes.
  • À cultiver l’espérance en regardant l’avenir à bâtir ensemble convaincu qu’il est riche de promesses.
  • À cultiver l’espérance en vivant la solidarité au quotidien, antidote efficace contre le repli sur soi et la solitude.
  • À cultiver l’espérance en rivalisant d’attention les uns pour les autres.
  • À cultiver l’espérance parce que la Vie triomphe toujours de la mort.

Il invitait, avec les doyens principaux, tous les communautés chrétiennes du diocèse à proposer une action symbolique sur le thème « Donnons tout son sens à la Vie ».

Dans l’Unité Pastorale de Gembloux

  • Les cloches de toutes les églises sonneront à 12h30
  • Toutes les messes célébrées le jour de Pâques se termineront par l’écoute d’un texte en lien avec le thème proposé.

Vous trouverez ici une affiche et un bandeau pour la voiture que vous pourrez imprimer et afficher.