Lundi 3 mai 2021

Voir Jésus et à travers lui, voir le visage de Dieu son Père. Pour arriver à cette vision béatifique, nous sommes appelés aussi à reconnaître le visage de Jésus dans celui de nos frères et sœurs. 

Seigneur Jésus Christ, ouvre nos yeux afin qu’à travers celui qui a faim et soif, celui qui a besoin des vêtements ou d’un toit, celui qui est malade, étranger, ou en prison, nous puissions te voir, toi, et nous rapprocher chaque jour plus de ton Père (Jn 14, 6-14)

5e dimanche de Pâques B – 2 mai 2021

Demeurer en Jésus Christ

Jn 15, 1-8

Jésus nous dit: « Moi, je suis la vigne et vous les sarments. Celui qui demeure en moi, et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruits, car, en dehors de moi vous ne pouvez rien  faire ». Qu’est-ce que cela signifie pour nous aujourd’hui ?

  1. Demeurer en Jésus Christ et lui en nous

Demeurer en Jésus Christ, c’est d’abord faire de Jésus Christ notre domicile. Il devient le lieu où nous habitons et vivons. Ensuite, nous restons en lui. Nous ne le quittons plus. Enfin, il devient l’espace dans lequel nous nous sommes sensés exister.

Jésus Christ demeurer en nous signifie que notre être et notre vie deviennent le lieu où habite Jésus Christ. Il reste tellement attaché à nous que toutes les dimensions de notre existences manifestent sa présence.

Ça veut dire que Jésus nous invite à imiter le lien plus fort qui l’unit à son Père. Comme lui-même demeure dans l’amour de son Père, Jésus invite ses disciples à demeurer dans son amour. Cette union et cette communion au Christ nous ouvrent à la paix et nous donnent la joie parfaite. Ça vaut vraiment la peine de vivre cette expérience dans notre vie d’hommes et de chrétiens !

  1. Membres du Corps du Christ et Temple de l’Esprit Saint

Comme il demeure en son Père et reste constamment uni avec lui, Jésus veut que ses disciples demeurent également en lui. Par notre baptême, nous devenons membres du Corps du Christ. Nous sommes donc désormais attachés à lui par un lien profond et vivant. C’est son Esprit Saint qui nous donne le souffle nouveau qui nous habite et nous anime. De cette façon, demeurer en Jésus-Christ nous fait participer à sa propre dignité de Fils de Dieu. Ainsi, par Jésus Christ, nous devons, à notre tour, filles et fils de Dieu et nous pouvons expérimenter la bonté du Père dans sa réponse à nos prières.

Nous demeurons dans le Christ et lui demeure en nous quand, chaque jour, nous écoutons sa Parole, quand nous le prions et quand remplissons notre vie d’amour.

  1. a) Demeurer en Dieu par l’écoute de sa Parole

Nous demeurons en Jésus Christ par l’écoute de sa Parole. Sa Parole nous est donnée chaque jour. Elle nous dit tout de Dieu. Elle nous dit qui il est, ce qu’il veut, comment il nous aime et comment il veut que nous l’aimions.

Sa Parole est une bonne nouvelle et elle est pour nous un guide. L’écoute et la lecture régulières de la Parole de Dieu nous permettent de ne pas nous éparpiller dans les plaisirs et les distractions de ce monde. Elles nous rendent attentifs au présent, à ce que vit le prochain et nous font vivre selon les recommandations du Seigneur Dieu.

C’est par l’écoute de la Parole de Jésus que ses commandements peuvent s’enraciner en nous et que nous pourrons les garder comme référence pour notre vie personnelle et comme règle pour agir envers nos frères et sœurs.

  1. b) Demeurer en Dieu par la prière

La prière nous relie à Dieu. En priant, nous écouterons Dieu qui nous parle et nous, nous lui parlons. Et, c’est du fond de notre que nous faisons monter vers lui nos demandes, nos supplications pour obtenir son pardon et nos actions de grâce.

Nous prions pour nous-mêmes afin d’être de meilleures personnes. Unis et habités par l’Esprit Saint, nous demandons à Dieu de faire de l’espace de notre cœur le lieu où se construisent et se préparent les bonnes actions que nous allons poser pour notre épanouissement, pour le bien du prochain et pour la gloire de Dieu.

Nous prions aussi pour les autres. Nous confions à Jésus les joies et les souffrances du monde. notre prière devient également un espace de charité où nous confierons à Jésus les souffrances et les préoccupations des autres et les problèmes du monde. Nous sommes ainsi comme ces personnes de l’évangile qui accompagnent un paralytique et ouvrent le toit pour le déposer devant Jésus. Ou encore comme ce centurion romain qui prie pour la guérison de son serviteur, etc.).

  1. c) Demeurer en Dieu par l’amour et en toutes circonstances

Nous avons entendu Saint Jean nous dire que nous devons aimer. « Non pas avec des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité ». Ça veut dire que, c’est gardant et en vivant le commandement d’amour que Jésus Christ nous a légué, que nous demeurons vraiment en lui et lui en nous.

Nous sommes appelés à demeurer en lui et lui en nous en toutes circonstances. Demeurer en lui quand tout va bien pour nous. Mais aussi demeurer en lui quand nous traversons les épreuves. Dans les Actes des Apôtres, nous avons l’exemple de Saul (Paul) récemment converti qui subit des épreuves et de menaces. Il restera pour toujours attaché à Jésus jusqu’au martyre.

Nous ne devons pas demeurer en Dieu et lui en nous uniquement dans quelques aspects de notre vie comme le moment où nous prions, où nous écoutons la Parole de Dieu et où nous sommes à l’église. Ce sont tous les domaines de notre vie qui doivent être habités par notre communion à Jésus Christ. Notre vie affective, familiale, professionnelle, notre temps de sport comme celui de nos vacances et de nos loisirs, tout devrait être imprégné de la présence du Christ et la révéler.

La fréquentation régulière des sacrements, spécialement ceux de l’Eucharistie et de la réconciliation, nous permettra de garder constamment notre unité et notre communion avec Jésus Christ et son Père.

  1. Le bénéfice de cette intimité avec Dieu

Jésus nous dit clairement: « Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire ».

Cela veut dire que notre unité et notre communion au Christ sont une garantie que nos paroles et nos actions produirons de bons fruits. Si nous continuons à être reliés à Jésus, nous produirons les fruits de l’Esprit Saint : « la charité, la joie, la paix, la patience, la bonté, … » (Galates 5, 22).

Ce qui nous épanouira nous-mêmes comme personnes humaines. Et, en étant habités par l’Esprit de Jésus Christ nous ferons ce qui est bien et juste. Nous répondrons à la mission pour laquelle Dieu nous a mis au monde. Nous donnerons un sens à notre existence et nous manifesterons au monde la gloire de Dieu.

*

L’évangile de ce jour nous invite à faire de Jésus Christ l’espace où nous habitons et de faire de notre vie le lieu où Dieu manifeste sa présence au monde. Demandons au Père tout-puissance la grâce d’être tellement unis à Jésus Christ de telle manière que notre manière d’être, de vivre et d’agir soit le témoignage rayonnant de sa présence sur la terre et de son amour pour tous les hommes.

 

Abbé Étienne Kaobo Sumaidi

Gembloux le 02 mai 2021.

La Pastorale Familiale Diocésaine vous propose …

… dans le cadre de l’année Amoris Laetitia pour les familles et de l’année St Joseph, toutes deux instaurées par le Pape François, en ce jour où nous fêtons St Joseph, travailleur, cette prière à dire, si possible en famille, chaque jour. 

 

 

 

Pour info, cette prière est disponible dans les CDD et elle le sera, dès que possible, dans les églises de notre diocèse.

Vendredi 30 avril 2021

La Maison du Père céleste, où il y a plusieurs demeures, est la destinée finale promise à tous les hommes. Et, c’est Jésus Christ qui est le chemin qui nous y conduit. Il est la vérité qui éclaire notre conscience sur ce qui est juste. Il est la vie en plénitude dont nous serons comblés si nous croyons en lui.

Dieu notre Père, quand nous nous interrogeons sur le sens de notre vie et sur l’au-delà, ne laisse pas nos cœurs dans l’incertitude et la peur, mais garde-nous dans l’espérance que ton Fils Jésus nous a précédés dans ton Paradis et nous y a préparé une place (Jn 14, 1-6).

Des célébrations en plein air avec 50 personnes dès le 8 mai

Le Gouvernement a donné son accord aux cultes pour célébrer en plein air avec 50 personnes maximum, dès le samedi 8 mai. Dans les églises, la norme de 15 personnes reste d’application, sauf pour les funérailles auxquelles peuvent assister 50 personnes.
Depuis la Toussaint de l’an dernier, les célébrations ne peuvent plus avoir lieu qu’avec quelques fidèles. Il s’agit là pour beaucoup, d’une sérieuse restriction au vécu de la foi. Une amélioration est prévue dès le 8 mai. Les célébrations pourront alors avoir lieu à l’extérieur avec 50 personnes maximum.
Les Évêques encouragent les responsables locaux à user autant que possible de cette opportunité. Les lieux extérieurs de pèlerinage, de sanctuaires, le jardin d’un monastère ou d’un presbytère sont particulièrement adaptés à la liturgie.
Les Évêques sont convaincus que l’on peut aussi faire davantage à l’intérieur. De commun accord avec tous les cultes reconnus, ils demandent au Gouvernement fédéral de rétablir la norme relative dans les lieux de culte. Elle permettrait à une centaine de croyants de participer aux célébrations dans la plupart des églises. Cette norme relative s’avère moins restrictive pour le vécu de la foi et permet aussi une protection optimale de la santé publique.
Les Évêques remercient à nouveau tous ceux qui s’engagent dans la lutte contre le virus. Ils appellent les croyants à suivre attentivement les mesures de sécurité du Gouvernement, à se faire vacciner. Ils invitent à prendre part au marathon de prière proposé par le Pape au cours du mois de mai, auquel participent nos sanctuaires mariaux.

Mercredi 28 avril 2021

C’est Dieu le Père, lui-même, qui a donné à son Fils Jésus les paroles qu’il était venu dire au monde. Ainsi, croire en Jésus comme l’Envoyé du Père, nous conduit à faire aussi confiance à son Père.

Père très bon, envoie-nous ton Esprit Saint afin qu’il illumine notre foi et nous aide à rester constamment fidèles à ton Fils Jésus Christ. De cette façon, nous demeurerons dans ton amour et nous n’aurons pas peur du jugement final (Jn 12, 44-50).

Chemin de lumière – Trio GPS

Le Trio GPS est heureux de vous convier à un Chemin de lumière ( Via Lucis) en streaming sur notre chaîne Trio Gps You Tube le samedi 8 mai à 18h.
Vous pouvez également revoir le concert à tout moment après cette date.
Nos fidèles amis musiciens Corentin Sauvager, violoniste et Pierre Laloux, hautboïste et flûtiste à bec seront à nos côtés avec notre ingénieur du son préféré, Geert De Deken, AV Inspire.
Des textes de Charles Singer alternont avec des compositions originales du Trio.
Vous pouvez  télécharger ces textes et les paroles des chants ICI.
Nous aurons la joie de collaborer avec Laurence Vielle, comédienne et poète, qui leur prêtera sa voix et sa présence.
Vous pouvez faire connaissance avec le travail poétique de Laurence en surfant sur Laurence Vielle lit la poésie sur MUSIQ3
A la joie de vivre ce cheminement avec vous.
Nous vous gardons très proches,
Le trio GPS

PS : Si vous êtes en mesure d’apporter une petite contribution aux frais de ce concert, vous pouvez verser votre don sur

CantAmar-GPS asbl

IBAN : BE29 2991 1125 3164

BIC: BPOTBEB1

Merci de tout coeur!

Mardi 27 avril 2021

Aux Juifs qui voulaient savoir si c’est lui le Messie attendu, Jésus leur répond que c’est bien lui le Messie, le Bon Pasteur que le Père a envoyé au monde.

Seigneur Jésus Christ, toi qui es uni au Père par un amour éternel, protège notre foi du doute et de l’impatience (Jn 10, 22-30).

Lundi 26 avril 2021

L’image du Bon Pasteur nous révèle trois idées fortes:                                                   a) elle nous parle de la grande sollicitude de Dieu pour tous les hommes et pour chaque personne en particulier;                                                                                        b) c’est une invitation pour que nous puissions accroître notre confiance en Dieu dont Jésus-Christ révèle le visage aimant;                                                                               c) c’est aussi une invitation à nous associer aujourd’hui à la mission du Bon Pasteur, en protégeant et en guidant nos frères et sœurs vers Dieu, leur Sauveur.

Dieu notre Père, ton amour pour nous est si grand que tu nous as envoyé ton Fils Jésus Christ pour qu’il nous conduise vers toi en toute sécurité, donne-nous de lui faire totalement confiance et d’imiter son exemple en nous associant à sa mission de Bon Pasteur pour le salut du monde (Jn 10, 1-10).

 

4e dimanche de Pâques B – 25 avril 2021

« Ecoutez le bon Berger … »

Aujourd’hui, nous célébrons le dimanche du Bon Berger. Ce Dimanche nous envoie en premier lieu à l’attitude des brebis qui doit être d’écouter la voix du Berger et de le suivre. Ecoutez avec attention, obéir à sa parole, le suivre avec une résolution qui engage toute l’existence : la compréhension, le cœur, toutes les forces et toutes les actions, en suivant les pas du bon Berger. Le Christ est le véritable bon Berger qui a donné sa vie pour ses brebis (cf. Jn 10,11), en s’immolant sur la croix. Il connaît ses brebis et ses brebis le connaissent, comme le Père le connaît et comme Il connaît aussi le Père.

L’évangile nous dit :« Les brebis connaissent et écoutent sa voix » : Pour que notre identité nous soit révélée, il est nécessaire d’être attentif pour reconnaître la voix du Bon Berger parmi toutes celles qui peuvent résonner dans notre vie. Alors il est bon de se demander à quelles voix nous sommes le plus sensibles et qui est le Berger que nous écoutons le plus volontiers. Car il en va de notre vie.

Soyons donc attentifs à la qualité de la voix du Berger, à nos choix, à nos réponses et à nos décisions. Au besoin, n’hésitons pas à discerner avec l’aide de l’Esprit Saint celui que nous pouvons suivre comme référence et bon Berger, qui a donné réellement  sa vie pour nous. Jésus accomplit alors la grande mission que le Père lui a confiée, qui est la protection de ses brebis avec une fidélité qui ne permettra à personne de les prendre de ses mains. C’est ici que nous trouvons la force et l’assurance  face aux difficultés de la vie, nous, qui sommes un troupeau faible et soumis à différentes épreuves sous la protection du bon Berger.

Dimanche du bon Berger, autrement aussi dimanche des Vocations. C’est une journée d’invitation à la réflexion : quand on parle de vocation, on parle de ce qui touche l’être humain au plus intime de sa liberté. C’est aussi une journée d’invitation à la prière. Pour qu’une liberté humaine découvre son chemin, elle a besoin d’être éclairée et stimulée. C’est le rôle de l’Esprit Saint.

Le mariage étant aussi une vocation, il constitue une réponse à l’appel spécifique à vivre l’amour conjugal comme signe  de l’amour entre le Christ et l’Église. Par conséquent la décision au mariage et à une famille doit être le fruit d’un discernement vocationnel. Il est inscrit dans la nature même de l’homme et de la femme.

Ensemble avec la vierge Marie, appelons alors ce bon Pasteur qui est son fils Jésus  à être une lumière sur notre vocation, sur le Pape, les évêques, les prêtres, les diacres  ainsi que sur  les baptisés pour qu’ensemble nous soyons toujours au rendez-vous du grand mystère de notre Foi.

Magloire,ofm

Le Père Magloire Nyembo Kahambwe a rejoint récemment l’équipe des prêtres de l’Unité Pastorale de Gembloux. Il réside à Grand-Manil.