Info de dernière minute: 10e rencontre mondiale des familles à Rome … et dans notre diocèse

Mis en avant

En ce moment, du 22 au 26 juin, se tient à Rome la 10e rencontre mondiale des familles. Ce mercredi le pape François a inauguré cette rencontre en exhortant les familles à marcher ensemble : Ensemble en tant qu’époux, ensemble avec les autres familles, ensemble avec l’Eglise.

lire l’article de Vatican News

Chez nous, c’est à Beauraing que les familles sont invitées ce samedi 25 juin à partir de 9h. En parallèle, dans la matinée, journée de la catéchèse.

13e dimanche dans l’année C – 26 juin 2022

                                     1R 19, 16b.19-21 ; Ga 5, 1.13-18 ; Lc 9, 51-62.

« Suis-moi »

Frères et sœurs,

Les textes de ce dimanche nous parlent des appels du Seigneur et de la réponse des hommes. Ces appels nous arrivent en fin d’année pastorale, au moment où la plupart d’entre nous ressentent plutôt le besoin de souffler et d’oublier leurs responsabilités et leurs soucis. Ils pensent que ce n’est peut-être pas le bon moment. Cependant, la liturgie de ce dimanche nous invite à voir les choses autrement. Car notre Dieu ne prend pas des vacances. Il ne cesse d’embaucher et son appel est pour tous sans exception. Il compte sur chacun de nous et à tout moment pour témoigner de son amour auprès de ceux et celles qui ne le connaissent pas. Comme Bernadette de Lourdes, nous ne sommes pas chargés de faire croire mais de « dire ». Le principal travail, c’est le Seigneur qui le fait dans le cœur de ceux et celles qu’il met sur notre route. Et notre réponse à cet appel de Dieu suppose une grande disponibilité.

La vocation d’Elisée

Dieu suggéra à Elie de désigner Elisée pour assurer la continuité de sa mission de prophète. Elie n’a su que transmettre à Elisée cet appel de Dieu par un geste très parlant : le jet du manteau. Elisée a compris et en toute liberté est allé faire ses adieux.

En effet, l’appel qu’Elie adresse à Elisée réclame qu’il quitte tout pour le suivre mais sans violence pour sa famille et ses proches. Il en est de même pour nous. Notre vocation d’être chrétien nous oblige à avoir un style de vie. Cependant, elle ne nous demande pas de briser tout le lien avec ceux qui ne partage pas nos convictions.

Le Christ n’est pas venu voler notre liberté mais la faire exister.

Invitation à une liberté radicale pour suivre Jésus

L’évangile d’aujourd’hui nous dit que le Christ, malgré le rejet qui l’attend, prend résolument le chemin vers Jérusalem. Il est prêt à aller jusqu’au bout de son amour pour nous, quoiqu’en soit le prix à payer.  Tout au long de ce voyage, Jésus continue son enseignement. Et il n’hésite pas à convier plusieurs personnages à le suivre sur-le-champ.

A cet homme prêt à le suivre, le Christ ne cède pas à l’enthousiasme de cette vocation, il lui répond : « sache que le fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer sa tête ». Ce qui veut dire, suivre le Christ c’est renoncer à notre petit confort, à nos petites assurances. Au deuxième qui voulait d’abord aller aux funérailles de son père, Jésus lui demande de partir immédiatement annoncer la Bonne Nouvelle. Le Christ doit être notre priorité, nous sommes invités à l’aimer par-dessus tout. Au troisième qui veut tout simplement comme le fit Elisée, aller dire aurevoir à sa famille, Jésus rappelle que « celui qui met la main dans la charrue et regarde en arrière n’est pas digne du Royaume de cieux ». On peut alors dire à ce régime qui peut donc suivre Jésus ?

La première des choses à comprendre est que nous ne pouvons avoir aucun projet valable, sérieux, sans être prêts à en payer le prix, à sacrifier quelque chose pour y arriver. De deux, toute la prédication de Jésus est une Bonne Nouvelle. Et puisque Jésus a rencontré un obstacle majeur chez les hommes de son temps et que sa parole continue à rencontrer les obstacles même aujourd’hui, que le Christ hausse le ton, il devient plus exigeant. Cet obstacle, c’est la dureté de nos cœurs. Nous sommes durs à convaincre et à se mettre en route. Souvent nous sommes plutôt portés à remettre à plus tard notre réponse à l’appel du Christ.

Il nous arrive parfois de répondre : « je n’ai pas le temps… j’ai d’autres choses à faire pour le moment… plus tard… quand je serai à la retraite j’aurais plus de temps… ». Si nous attendons de n’avoir rien à faire, nous ne serons jamais disponibles aux appels du Christ. Le Seigneur nous recommande aujourd’hui de nous libérer de tous ces obstacles qui nous détournent de lui.

Liberté au cœur de la foi

Saint Paul nous dit que le Christ est venu faire de nous des hommes libres. Cependant, cette liberté est encore à conquérir de haute lutte, parce que nos cœurs ne sont pas encore libérés du superflu : l’égoïsme, l’orgueil, l’instinct de domination, de possession. Bref, se libérer de la chair pour vivre de l’Esprit.

Puisse le Seigneur par la grâce de l’Esprit saint nous libérer de tout ce qui nous retient pour nous mettre en route à sa suite.

Abbé Hugues

 

 

Fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ – dimanche 19 juin 2022

Chers frères et sœurs,

La fête du Corps et du Sang du Christ termine le cycle annuel des grandes célébrations de notre liturgie : Pâques, Ascension, Pentecôte, Sainte Trinité. Autrefois, on appelait cette fête du Saint Sacrement du corps et du sang du Christ : Fête-Dieu. Soulignant ainsi le Sacrement de l’immense Amour de Dieu pour notre humanité en quête de Rédemption.

Bien que chaque messe en soit une célébration, l’Eglise a tenu à établir une fête particulière du Saint Sacrement. Elle nous invite ainsi à méditer plus particulièrement le sens de ce Sacrement qu’elle célèbre quotidiennement à travers le monde.

Tous les sacrements sont saints. Tous, en effet nous mettent en contact avec Dieu. Tous, selon nos dispositions, font fructifier en nous sa sainteté. Pourtant l’Eglise parle de l’eucharistie comme étant  » le Sacrement Saint « .

Pourquoi ? Continuer la lecture

Fête de la Pentecôte – 5 juin 2022

Esprit Saint, Présence et vie.       

Aujourd’hui l’Esprit Saint se donne à entendre, à voir, à comprendre. Il pousse l’Église comme un grand vent vers le large et la libère de la peur. Les portes closes s’ouvrent, le feu dévore, le souffle crée. Nous sommes 50 jours après Pâques, et d’après le témoignage de Saint Jean, les disciples sont toujours enfermés entre eux, par peur, à cause des événements qui ont conduit à la mort de Jésus. La tendance naturelle pour les apôtres est donc le repli sur le petit groupe rassurant. Il faudra la force de l’Esprit pour briser cette volonté de repli sur soi des apôtres.

Les Actes des apôtres sont un véritable évangile du Saint Esprit ; le Saint Esprit est partout présent, il est le moteur et l’acteur. Il agit parfois avec force lorsqu’il y a nécessité, L’Esprit-Saint est l’âme de la communauté des disciples qu’il comble de croissance et de joie, donnant le feu à certains comme Etienne…Il ne se met pas en évidence lui-même mais il agit avec force en s’effaçant au profit de l’Eglise et de Jésus. Il s’exprime par l’élan du feu qu’il insuffle aux apôtres et dans le témoignage qu’il rend à Jésus. Il fait annoncer, répéter les gestes de Jésus, les paroles de Jésus, redire la prière de Jésus, perpétuer la fraction du pain et du vin et garde les disciples dans l’unité. Continuer la lecture

7e dimanche de Pâques C – 29 mai 2022

                             Ac 7, 55-60 ; Ap 22, 12-14. 16-17. 20 ; Jn 17, 20-26.

                                    « Ut unum sint : Que tous soient un ».

Chers frères et sœurs,

Le jeudi dernier, nous avons célébré la fête de l’Ascension de notre Seigneur Jésus-Christ et le dimanche prochain ce sera la Pentecôte. L’Evangile qui nous est proposé ce dimanche est celui de saint Jean, sur la Prière de Jésus pendant la dernière Cène : « Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi, qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé ». Jésus prie son père pour ses disciples, mais pas seulement pour eux, il le fait aussi pour tout ceux qui croiront en lui. Il prie en notre faveur. Il s’agit d’une prière à double objet : pour l’Unité entre ses disciples et pour la crédibilité à sa mission aux yeux du monde.

Dans sa prière, Jésus nous révèle que c’est la communion du Père et du Fils qui constitue la source et le modèle de l’unité à réaliser entre les hommes : unité étroitement liée à l’Amour du Christ.

Pour Jésus en effet, la vocation ultime de l’humanité est d’être unie dans l’Amour de Dieu. C’est seulement en étant unis au Christ que toutes les autres formes d’unité pourront être édifiées. Et comment pourrons-nous être témoins de l’Amour du Christ s’il y n’y a pas d’amour entre nous ?

Etienne, le premier martyr chrétien, meurt victime de ce manque d’amour ; victime de l’intolérance des dirigeants de la synagogue. Et pourtant lui, il est resté témoin de cet amour du Christ jusqu’à la mort. Pendant qu’on le lapidait, Etienne priait ainsi : « Seigneur, reçois mon esprit. Puis se mettant à genoux, il s’écria d’une voix forte, Seigneur, ne leur compte pas ce péché ».

Frères et sœurs, les textes de ce dimanche nous aident à discerner que tout ce qui favorise l’unité et l’amour entre les hommes vient de Dieu. Cependant tout ce qui crée la division, la calomnie, toute parole méchante qui détruit l’autre est l’œuvre du diable.

Ainsi se termine le livre de l’Apocalypse sur l’appel à la venue du Christ. La venue qui fera connaître la valeur de l’œuvre de chacun.

Viens, Seigneur Jésus, étoile resplendissante du matin, sur ceux qui sont dans la nuit ; Lumière qui brille depuis le commencement, viens, à la fin de l’histoire, dissiper toutes les ténèbres du monde !

Puisse le Seigneur nous accorder la grâce d’être des témoins de son Amour et des instruments d’Unité et de Paix dans le monde.

Amen

Abbé Hugues Mbatizoma

Neuvaine préparatoire à la Pentecôte

Cathédrale de Namur
Neuvaine de Pentecôte du vendredi 27 mai au samedi 4 juin (Vigile de Pentecôte, où une dizaine d’adultes seront confirmés par Monseigneur Warin.)
Le thème retenu cette année est : « L’Esprit-Saint défenseur et rassembleur ! »
Un livret de participation a été préparé sur le thème pour aider tous ceux qui le souhaitent à préparer leurs soirées de neuvaine, ce livret est téléchargeable sur le site du diocèse de Namur (http://www.diocesedenamur.be), et la Neuvaine est diffusée en direct sur les ondes de RCF-Sud Belgique et via son site internet, ainsi que, comme cela s’est fait l’année dernière, en direct sur la chaine YouTube de la Cathédrale et celle du SPL.
Source : Diocèse de Namur

6e dimanche de Pâques C – 22 mai 2022

Chers frères et sœurs,

L’église est née à la Pentecôte, nous avons aujourd’hui dans les lectures la promesse que le Père enverra l’Esprit-Saint, le Défenseur qui accompagnera son église aux longs des siècles, à travers l’histoire. C’est aussi la certitude que L’Esprit-Saint est dans l’église et la guide à travers les siècles.

Comme les premières communautés de l’église, nous vivons, nous aussi, dans une période de grandes turbulences. L’assistance dominicale est plus restreinte, les paroisses gèrent la décroissance avec difficulté, les églises se vident et se vendent parfois, les communautés se regroupent pour former des unités pastorales, le personnel sacerdotal diminue de façon alarmante.

L’Esprit-Saint, notre Défenseur, nous aidera à traverser ce temps d’incertitudes et à trouver des nouvelles solutions aux besoins d’aujourd’hui. Et Il nous conseillera sur ce qu’il y a à conserver dans la tradition et nous donnera le courage de laisser tomber ce qui ne répond plus aux besoins de notre temps d’où l’importance des actions comme la synodalité lancée par le pape François. Il faut y croire !

L’église n’est pas à sa première crise, le texte des actes des apôtres dans la première lecture raconte la crise de la circoncision, qui a provoqué un changement majeur chez les chrétiens de la première génération. Les conservateurs de la communauté voulaient obliger tous les nouveaux baptisés à suivre les règles de la religion juive et se faire circoncire…et tant d’autres obligations à suivre. Paul et Barnabé n’étaient pas d’accord. L’Esprit-Saint a permis alors de trouver un compromis et ce fût le premier Concile de Jérusalem.

L’église a connu des centaines et des centaines de changements à travers les siècles, c’est là un signe de vitalité et de capacité de s’adapter aux besoins du temps.

Quels pourraient être les changements que nous croyons importants aujourd’hui ?

Selon moi, beaucoup de choses.

Le message du Christ n’est pas lié à une seule langue, culture, liturgie, une seule façon de faire, un seul modèle d’église. L’église est ouverte à tous et L’Esprit-Saint souffle où il veut.

Dieu nous parle à travers les situations changeantes et nous invite à vivre notre foi dans un monde en constante évolution. Cet Esprit est pour nous source de vie nouvelle. Il nous guide, nous accompagne et nous donne courage de faire face à toutes les situations difficiles de nos vies.

« Soyez sans crainte, le Défenseur, L’Esprit-Saint vous enseignera tout ce que je vous ai dit  » dit le Seigneur. Amen.

Abbé Jeannot-Basile Nduwa Kakwata

5e dimanche de Pâques C – 15 mai 2022

L’amour, signe distinctif des chrétiens

Les chrétiens comme disciples du Christ ressuscité devraient être reconnus par l’amour mutuel. Car, c’est l’amour qui permet de construire un ciel nouveau et une terre nouvelle. Et, nous savons que cet amour par lequel les chrétiens sont identifiés à un modèle : l’amour même de Dieu, que le Christ a manifesté sur la croix.

  1. Des signes identifiant des personnes et des catégories sociales

«Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres », dit Jésus à ses disciples.

Dans toute société humaine, chaque profession (médecin, magistrat, policier, etc.,) a un signe qui l’identifie. Plus encore, à l’intérieur de certaines professions (comme dans l’armée), des insignes particuliers identifient les différentes catégories des personnes. Et ces signes extérieurs, tout en identifiant un groupe social ou une profession, différencient les hommes et les femmes au sein de la société. Continuer la lecture